.

.

lundi 18 décembre 2017

Framboisier géant

Notre envoyé spécial Claude P. est sur tous les fronts !
C'est en se promenant square Jean XXIII qu'il a trouvé ce framboisier géant, résultat probable du réchauffement climatique...
Merci de nous en faire profiter !



Hôtel-Dieu - Le spleen

La lente agonie de l'Hôtel-Dieu se poursuit. 
Quand on connaît la concupiscence des bétonneurs et leurs projets fous, on souhaiterait qu'elle ne finisse jamais...
En attendant, voici un petit tour de ce qui fut jadis le plus grand hôpital de Paris. Si vous y trouvez de la mélancolie, ce n'est pas ma faute...

Le hall d'entrée est désert; sa grande porte d'entrée ne sert plus à rien. On entre presqu'en cachette, par une petite porte...


Le couloir directorial est définitivement silencieux:


Pas âme qui vive; je dois être le seul malade !


L'adorable petit jardin est à l'abandon...


À titre de comparaison, regardez cette petite vidéo du même jardin réalisée l'an passé:


Nous nous engageons dans les longs couloirs... déserts:


Que vont devenir tous ces sous-verres qui racontait l'hôpital depuis sa création en 651.


Ponctuant chaque pavillon, les splendides escaliers sont comme neufs !


Par endroit, tels d'antiques palimpsestes, d'énigmatiques inscriptions se lisent encore:


Sous l'escalier menant à l'ancienne chapelle, cette statue:


Aux murs, de très anciens panneaux en ardoise devenus illisibles avec le temps:


Pour rappel, l'ancienne chapelle dont l'entrée se trouvait en haut de ces escaliers a été transformée en salle de cours et n'est plus accessible.


Mais dans la partie haute de la chapelle, on a recréé un tout petit oratoire qui semble être encore en activité: 


Pendant que nous sommes sur les sommets, profitons de ce temps triste à mourir...


Voyez-vous quelqu'un ?


Oui, alors ta devise "Moi je suis la résurrection et la vie", il faudrait peut-être la revoir... ou l'appliquer à l'hôpital !


Le saviez-vous ? 
Du haut de l'Hôtel-Dieu, on aperçoit le Capitole de Washington... (Non, je ne me drogue pas)


et toujours ces escaliers:


Que vont devenir ces œuvres rencontrées au hasard des couloirs?


Pas un chat... Il ferait nuit, j'aurais peur!


Et ces innombrables plaques et autres monuments aux morts, que vont-ils devenir ?


Admirez la finesse de celui-ci:



Ces escaliers !


Je sais que certains d'entre vous pensent: "Mais pourquoi ne parle-t-il pas de la statue ?"
Ce sera l'objet d'un prochain article !


En sortant, sur le trottoir de l'Hôtel-Dieu qui est, rappelons-le, sur le parvis de Notre-Dame de Paris, cette vision...
Cette photo a été prise mercredi 13 décembre 2017 à 15h58, devant des milliers de touristes... 


1 parvis Notre-Dame, Paris IV°.

Église saint-Laurent - Le bénitier de Saint-Pierre de la Martinique

L'éruption volcanique la plus meurtrière du XX° siècle fut celle qui, le 8 mai 1902, détruisit en totalité la ville de Saint-Pierre, en Martinique (Clic !).
Le "Petit Paris des Antilles" était mort, tout comme ses 30 000 habitants.
Après cette catastrophe, c'est Fort de France, loin de la montagne Pelée, qui deviendra la "capitale" de la Martinique.


Et bien figurez-vous que si vous allez visiter l'église Saint-Laurent, près de la gare de l'est, vous trouverez le bénitier rescapé de la cathédrale de Saint-Pierre:




68 boulevard de Magenta, Paris X°.

La rue parisienne (29)

Vingt-neuvième opus de ce triste feuilleton hebdomadaire montrant la réalité de la rue parisienne.


Sur ces photos de la décharge publique (nommée végétalisation dans les couloirs de l'hôtel de ville), si vous agrandissez et examinez chaque vue, vous verrez que les mêmes ordures sont là le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi, le vendredi et le samedi.

Alors Messieurs Mao Peninou, Gilles Ménède et Eric Lejoindre, cessez de mentir à madame Hidalgo et aux Parisiens. Vous ne faites pas votre travail, c'est tout. 




vendredi 15 décembre 2017

L'énigme du métro Dupleix: la solution !

Quatre ans !

C'est le temps qu'il aura fallu à l'ensemble des cerveaux réunis sur ce blog pour résoudre cette énigme dont, rappelons-le, je ne connaissais pas la réponse.
Plus de cent propositions sur Paris-Bise-Art, regardant vers le métro, les tramways, les taxis, le gaz, et j'en passe, mais aucune qui pensait à l'eau.
Des fils de discussion également sur Fesse-bouc et Twitter...
Des société historiques ont planché sur le mystère...


Pour voir ou revoir les principales réponses proposées: Clic 1 et Clic 2.



Ce sont deux lecteurs, RS et Frédéric Faipot, qui ont presque simultanément donné la réponse.
Il s'agissait d'un manomètre public permanent disposé sur la voie publique - généralement sur les becs de gaz - permettant la recherche de fuites sur le réseau d'alimentation en eau.
Un article fort détaillé se trouve sur le blog Gloubik Sciences
Ci-dessous une copie de l'article:


Il semblerait que notre manomètre soit l'unique survivant, il convient donc d'en prendre soin !

Un grand merci à nos deux lecteurs RS et Frédéric Faipot, qui prouvent s'il en était besoin que le lectorat de Paris-Bise-Art est bien le plus cultivé du ouaibe ! 

Disneylandisation de Paris

Voici deux photographies. L'une représente un château dans un parc de loisirs américain à l'est de Paris, l'autre représente une basilique (certains disent meringue) placée au sommet de la butte Montmartre.
Saurez-vous les reconnaître ?



mercredi 13 décembre 2017

La Manufacture des allumettes - Aubervilliers

Hors Paris

C'est en 1867 que fut construite rue du Vivier (actuelle rue Henri Barbusse) une fabrique d'allumettes.
Jolie architecture industrielle en briques, le signal en était la majestueuse cheminée de 45 mètres aujourd'hui classée MH.


Les petits bouts de bois à bout souffré rouge seront fabriqués ici jusqu'en 1962.
La Documentation française s'installera dans ces murs dans les années quatre-vingt-dix.
En 2015, après une réhabilitation du site, l'Institut National du Patrimoine (INP) s'installe dans la plus grande partie du domaine (4000 m). C'est celui-ci que nous allons visiter. 





Notez les descentes de gouttières au chiffre de la "Manufacture des allumettes". 


Les espaces intérieurs ont été totalement réaménagés pour accueillir l'Institut national du Patrimoine.


Nous jetterons un œil dans certains ateliers en prenant garde de ne pas trop gêner les élèves.
Nous commençons par l'atelier "Arts du feu, céramique et verre":



Dans un coin,  François-Marie Arouet veille au cas ou Rousseau franchirait la porte...



Oui, oui, on répare !


Voici l'atelier Bois:




Marqueterie, ébénisterie, mais aussi maquettes...


Ici, ce tableau nécessite des soins non sur la peinture mais sur le support en bois:


L'atelier Sculpture nous accueille à présent:



Saluez s'il vous plait le Prince Meschtschersky par Paul Troubetzkoy:



Enfin, ce laboratoire qui sait tout faire et qui utilise pour cela les dernières technologies !



Regardez cette petite vidéo de présentation de l'INP:



De chaleureux remerciements aux élèves qui tous se sont montrés disponibles et fiers de nous expliquer leur travail !

Vous n'entrerez pas dans cette école comme un touriste, cependant, des visites sont parfois organisées par Seine Saint-Denis tourisme.

124 rue Henri Barbusse, Aubervilliers (Seine Saint-Denis).
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...