Membres

Res publica


Chacune de ces photographies représente un objet, un lieu ou un site accessible ou visible gratuitement et sans bris de clôture.

...

Dans certains cas exceptionnels et/ou méconnus, les visites payantes seront clairement mentionnées.

...

Je ne m'interdis pas de passer le périphérique pourvu que ça en vaille la peine.

.

.

vendredi 25 juillet 2014

Enceinte de Philippe-Auguste - La tour cachée de la rue des Rosiers ( 4 )

Il y a du Catherine II de Russie chez Anne Hidalgo; Rappelez-vous les villages Potemkine... Dans le même esprit, les maires de Paris et du IV°ont inauguré le Jardin des Rosiers le 05 juillet dernier... et en ont immédiatement fermé la porte !
Hier, jeudi 24 juillet, la porte était toujours fermée.
Heureusement, pour qui connait le quartier, un accès discret et non fléché se trouve dans un coin du jardin Francs-Bourgeois-Rosiers ( Clic ! ) dont l'entrée se trouve dans l'Hôtel de Coulanges, 35 rue des Francs-Bourgeois ( ouvert seulement l'après-midi ).
Bien sûr, on ne peut que se féliciter de l'ouverture de ce petit jardin au public. Le gros bémol, c'est la tour de l'enceinte de Philippe Auguste qui réapparaît après de nombreuses années d'invisibilité ( voir nos précédents articles Clic 1, Clic 2 et Clic 3 ).

Visite guidée, c'est par là:


Premier constat, la tour est cernée de murs:


L'intérieur de la tour a été rénové avec soin. Rien d'historique ici, nous ne voyons que les traces de l'aménagement en "gloriette" d'un propriétaire précédent.


Ici, à gauche, la partie "privative" de la tour n'est toujours pas terminée. Le haut mur blanc qui devait être étêté ne l'a pas été...



Au pied de la tour, les pavés qui avaient été posés il y a un mois ont été retirés au profit de... rien.


Et puis, la honte: Ce barbouillage d'enduit qui cache les vieilles pierres !
Constatant ce ratage, on a tenté de "piqueter" l'enduit pour faire "historique"... pitoyable.


Ici, on a grattouillé l'enduit sur un centimètre pour faire ressortir deux pierres !


Dans un coin, au pied d'un mur ( encore un ), un monceau de grosses pierres qui proviennent probablement de l'enceinte de Philippe Auguste...


La sortie fermée qui a été ouverte par Madame Hidalgo...     
  

Vue de la rue des Rosiers:


10/12 rue des Rosiers, Paris IV°.

mercredi 23 juillet 2014

Alerte enlèvement - L'Ourcq a disparu !

Nous avions déjà vu ( Clic ! ) cette fontaine appelée aussi fontaine de Turenne ou fontaine de Saint-Louis.



Un amour en bronze symbolisant l'Ourcq déversait son eau fraîche


Et aujourd'hui, regardez bien:


Plus rien. L'amour en bronze a disparu. Aucune mention de travaux...
Interrogée, la mairie du III° n'est au courant de rien...


41 rue de Turenne, Paris III°.

Opéra Comique

Si la création de l'Opéra Comique remonte à Louis XIV, le bâtiment actuel - dit salle Favart - a été terminé en 1898. L'architecte Louis Bernier a conçu une salle de 1500 places qui sera inaugurée par le vigoureux Président Félix Faure.
C'est le premier théâtre français doté d'un équipement totalement électrique. 



La salle est dite "à la française"; le nombre de fauteuils a été réduit à 1255.




Le plafond représente "La glorification de la musique" par Benjamin Constant; le lustre est moderne: dessiné par Alain-Charles Perraut, il a été posé en 2007.


L'avant-foyer:



Le foyer est une merveille. 


La restauration du foyer a été réalisée en 2013 grâce au mécénat du World Monument Fund. Merci à nos amis américains... Heureusement qu'ils sont là !


Le plafond du Foyer est d'Albert Maignan.


Les portes sont en marbre de Sarrancolin.



On peut visiter l'Opéra Comique en allant assister à une représentation bien sûr. On peut aussi le visiter librement lors des Journées du Patrimoine (en septembre) ainsi que lors des journées "Tous à l'Opéra" (en mai).

1 place Boieldieu, Paris II°.

lundi 21 juillet 2014

Musée de Saint-Maur-des-Fossés - Villa Médicis

Hors Paris

Située au milieu d'un jardin - Le Carré Médicis - à deux pas du marché couvert de la Varenne, une grosse maison de notaire appelée Villa Médicis... Un peu prétentieux, non ?
Cette ancienne habitation de notable n'a reçu ce nom pompeux qu'en 1854, au prétexte que Catherine de Médicis séjourna au château de Saint-Maur (à 3 km) quelques jours par an entre 1565 et 1570.


Le Musée de Saint-Maur-des-Fossés, installé ici depuis 1982, vaut déjà pour son cadre associant une muséographie plaisante à un cadre classique rénové avec goût (trop, parfois).


Un fonds de peintures intéressant; Lors de ma visite, une exposition temporaire consacrée au cheval.





Admirez les plafonds



Nombreuses expositions temporaires.
Plus d'info sur le site du musée ---> Clic !



Des collections de céramiques


Alors, bien sûr, ce n'est pas le Louvre, mais comme de nombreux "petits" musées de banlieue, la Villa Médicis de Saint-Maur vous offre le vrai luxe: être seul devant une oeuvre et avoir le temps et l'espace rien que pour soi !

Entrée gratuite

92 avenue du Bac, Saint-Maur-des-Fossés (Val de Marne).

vendredi 18 juillet 2014

Hôtel Le Rebours

Dans la très étroite rue Saint-Merri, on ne remarque pas la façade majestueuse de cet hôtel particulier, dommage !
Non, au bout de la rue, ce n'est pas une usine ! C'est le centre Pompidou. 


Si l'on s'arrête, on remarque d'abord un beau porche classé... et comme la porte est ouverte, nous pénétrons dans la cour (qui sert de parking, hélas).


Cet hôtel fut construit au XVI° siècle et remanié au XVII°.


La liste des propriétaires est longue, mais c'est Thierry Le Rebours, Maître des Requêtes et Président au Grand Conseil, qui laissa son nom après avoir acheté l'hôtel en 1672.



Le porche est aussi bien décoré côté cour que côté rue.



Avant de partir, arrêtez-vous dans l'entrée et admirez l'escalier et sa rampe en fer forgé.


12 rue Saint-Merri, Paris IV°.

jeudi 17 juillet 2014

Feu d'artifice du 14 juillet

Voici un petit cadeau pour nos nombreux visiteurs étrangers, mais les français ont le droit de regarder !
Le film est long (35 minutes) et il y a de la musique, donc mettez-vous en plein écran et augmentez le son !

Every year for Bastille day, a great fireworks display is held near the Eiffel Tower in Paris. Here is the full film (35 minutes).
So, turn up the volume, full screen, and here we go !

mercredi 16 juillet 2014

Les écuries de la gare d'Austerlitz - La destruction continue...

Faisant suite à un petit "embarcadère" construit en 1840 pour les trains de Paris à Juvisy, la gare d'Austerlitz actuelle est inaugurée en 1843 sous le nom de "Gare d'Orléans". L'emplacement un peu excentré et le prix abordable des terrains permettent à la Compagnie Paris-Orléans (P.O.) de disposer de vastes dépendances à proximité immédiate de la gare. C'est ainsi que de vastes écuries vont être construites entre la cour de l'Arrivée et l'hôpital de la Salpêtrière.
Ce petit coin ancien a un certain cachet, surtout si l'on se place dans le square Maris Curie... Mais rassurez-vous, la Mairie veille !


Affiché discrètement au fond du square, un permis de démolir en date du 22 novembre 2013 nous informe que la Ville de Paris autorise la Ville de Paris ( via son bras armé la Semapa ) à tout démolir. Les bétonneurs vont être contents !



Ce long bâtiment à six travées permettait d'entreposer la paille au niveau supérieur.



Plus de chevaux aujourd'hui... Depuis longtemps les écuries ont été reconverties en magasins, ateliers, locaux syndicaux, etc...



Merci au personnel qui m'a permis de faire ces photographies


Une charpente en vrai bois !


L'arrière des écuries vu de l'hôpital de la Salpêtrière:


N'y a-t-il aucun moyen de réutiliser ces écuries ? Ce qui a été possible à Bercy dans les années 90 est-il impossible aujourd'hui ? Ne peut-on intégrer le passé au présent pour construire le futur ?


Est-ce par inculture ou par cupidité que l'on cherche à faire disparaître toute trace d'activité humaine ? N'y a-t-il pas à l'Hôtel-de-Ville des gens pour qui Paris n'est pas synonyme de béton et d'angles droits ? On rase les habitations faubouriennes, on remplace des fontaines par du béton, on démolit des écuries... N'y a-t-il que les Palais Royaux qui trouvent grâce aux yeux de ceux qui se réclament du Peuple ?

Accès par la cour de l'Arrivée, 1 boulevard de l'Hôpital, Paris XIII°.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...