Membres

Res publica


Chacune de ces photographies représente un objet, un lieu ou un site accessible ou visible gratuitement et sans bris de clôture.

...

Dans certains cas exceptionnels et/ou méconnus, les visites payantes seront clairement mentionnées.

...

Je ne m'interdis pas de passer le périphérique pourvu que ça en vaille la peine.

.

.

Patrimoine parisien en danger !

lundi 3 juin 2013

La chambre d'Oscar Wilde à L'Hôtel

Une tête de mouton sert d'enseigne à "l'Hôtel", un des endroits où il faut être vu à Saint-Germain-des-prés. Cet "Hôtel" sans nom, magnifiquement rénové par Jacques Garcia, ouvrait ses portes ce weekend à l'occasion de "la nuit de la littérature".



Pour accéder aux chambres, il vous faudra passer par cet extraordinaire 'trou" de lumière impressionnant.




Direction premier étage, chambre 16... Toc, toc, toc...


Vous le reconnaissez ? c'est Oscar Wilde qui nous ouvre la porte de sa chambre. C'est en effet ici que l'illustre écrivain, fuyant le puritanisme victorien, vécut ses dernières années dans le dénuement. Il aurait dit "Je meurs comme j'ai vécu, bien au-dessus de mes moyens", ce qu'il fit le 30 novembre 1900.




Si vous en avez le courage, montez au sixième étage (sinon prenez l'ascenseur), pour un coup d’œil vertigineux !


La Nuit de la littérature est née à Prague en 2006. Très prisée du public pragois, cette manifestation est organisée par le réseau de Centres tchèques à l'étranger. Grâce à son succès, la manifestation a vite conquis d'autres villes européennes, telles que Madrid, Sofia, Milan ou Amsterdam. En s'inspirant de cette expérience et à l’initiative du Centre tchèque de Paris, le Forum des instituts culturels étrangers à Paris  propose la première Nuit de la littérature à Paris.

13 rue des Beaux-Arts, Paris VI°. 

3 commentaires:

Thérèse a dit…

Formidable!

Alain a dit…

Quand on veut réserver, on cherche sur Google "Hotel sans nom" ? En tous cas, c'est très chic, j'irai bien y faire une petite sieste.

jacauber a dit…

Bravo pour votre article et vos belles photos d'un musée méconnu . A ne pas maquez en ce moment l'exposition consacré à la correspondance de Désiré Landru , un adepte inconditionnel de " la femme au foyer " !!! Peu avant son exécution, alors qu'on lui propose un verre de rhum et une dernière cigarette, Landru décline l'offre et répond : « Ce n'est pas bon pour la santé. ».

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...