.

.

mercredi 7 juin 2017

Institution Saint-Louis

C'était une institution vieille de 150 ans


C'était un des tout premiers au classement des lycées parisiens


C'était sans compter avec les normes !


Une mise aux normes de la vieille institution étant financièrement impossible,


La parcelle de 1700 m2 en plein IX° arrondissement étant très tentante...


Ce qui devait arriver arriva:

capture d'écran Google maps
 Et voila le travail :


Notule philosophico-persifleuse: si j'étais promoteur immobilier, j'encouragerais le législateur à créer tout plein de normes...


Collège-lycée Saint-Louis, 50 rue de Clichy, Paris IX°.

7 commentaires:

Martine a dit…

J y ai été scolarisée dans les années 60 que de mauvais souvenirs, drd enseignants très conservateurs sinon plus la religion omniprésente...
Les uniformes d été et d hiver...

JPD a dit…

Vous êtes vengée ! ;-))

Florian a dit…

Moi aussi j'ai été scolarisé dans cet établissement, mais 30 ans plus tard, dans les années 1990 et plus exactement entre 1995 et 1997. Une vraie horreur cet établissement.
La directrice du collège, une vieille aigrie pas sympa qui était aussi compréhensive qu'une porte de prison et qui ne comprenait rien aux ados et aux pré ados.
La religion était présente, normal c'est une école catholique et le catéchisme n'était pas obligatoire donc on va dire que ce n'est pas par rapport à la religion que je me plaindrai.
Les profs n'étaient pas toujours très sympa. J'en ai eu des heures de colle dans cet établissement.
J'ai préféré mon autre collège, et surtout mon lycée. Lycée catho, mais où la religion n'était quasiment pas présente (même si le proviseur était à l'époque jésuite). Lycée à l'emplacement de l'école primaire du Général De Gaulle et d'un homme d'église qui s'est engagé dans la résistance.

Vivre La Réunion a dit…

J´ai passé les plus belles années de ma vie parisienne dans cet établissement. Comment oublier le jour ou Sœur Madeleine qui savait que je séchais la cantine m´a proposé de me donner en toute complicité l´argent de la cantine en retour, car elle s´inquiétait que je ne mange pas. Ou ce jour où elle est entrée dans notre classe en demandant : Qui à fumé ? et alors que personne ne répondait, et que la forte odeur trahissait l´acte, elle á demandé á nouveau, Qui n´a pas fumé car il n´avait pas de cigarette ? Et qu´une fille pour faire rire la classe à lever la main, alors Sœur Madeleine à sortie son paquet de Peter Stuyvesant en lui disant : Tenez je déteste l´injustice. Elle était juste épique. Un jour alors que je cherchais une place au collège, en étant de retour á Paris, elle m´a dit : Il y aura chez nous toujours une place pour toi. Je ne garde que de très bon souvenir, de Madame de la Tribouille, de Madame Gatignolle, des femmes qui avaient une histoire, une envie de partage, je leurs doit tout ce que je suis. C´est triste de voir ces ruines.

JPD a dit…

Merci de ce beau témoignage !

Anonyme a dit…

Bonjour à tous les anciens de St Louis, élèves, professeurs, religieuses.
Scolarisée de 1965 à 1972 (de la 6ème à la terminale) avec ma sœur qui y devint elle-même enseignante, comme la personne précédente, je dois énormément à l’équipe enseignante qui, dans une grande liberté de pensée et une grande ouverture d'esprit m'a formée, ainsi que de nombreuses générations d'élèves, intellectuellement, spirituellement et humainement. Je garde un excellent souvenir de Sr Françoise, Sr Geneviève, Sr André et son accent du sud, Sr Elisabeth, Melle Gatignol qui dès la 5ème nous a appris à prendre des notes intelligemment et efficacement , Mme Jaboulet qui, afin que je rattrape un meilleur niveau d'anglais pour passer en 4ème m'envoyait et corrigeait gratuitement des devoirs durant les vacances d'été, Mme Franchet, Mme François qui, en dehors des cours d’allemand nous donnait gratuitement des cours de danse Modern Jazz, Me Hué, Melle Bourquin (Sr Martine), Sr Madeleine, vive mais le cœur sur la main, les aumôniers d'alors dont le Père André Gouze, dominicain, musicien dans l'âme juste avant sa grande aventure de restauration de Sylvanès et de ses créations du choral liturgique ; une équipe enseignante souvent bienveillante, sachant maîtriser une autorité juste, disponible, souvent à l'écoute de nos confidences d'adolescentes. Sans doute y a-t-il eu parfois des jugements hâtifs, injustes comme dans tout établissement scolaire mais ce n'est pas ce qui me reste en mémoire.
A leur tour mes enfants y furent scolarisés pour terminer leur secondaire, heureux de trouver une ouverture d'esprit et une qualité humaine et éducative qu'ils n'avaient pas rencontrées dans leurs établissements publics et privés de province.
Oui, les bâtiments ne sont plus là et cela nous rend tristes mais ce qui a été vécu en ces années, ce qui a été formé en nous demeure et se transmettra... Alors, un immense MERCI !
Michèle.

JPD a dit…

Merci pour votre témoignage.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...