.

.

lundi 12 juin 2017

Ministère des armées - PC Brienne

Poste de commandement souterrain installé sous l'hôtel de Brienne, siège historique du ministère des armées. 

Profitant de la réorganisation des ministères, un de nos "agents" est parvenu à se glisser au péril de sa vie dans le "PC Brienne".
Nous avions visité l'hôtel de Brienne en janvier dernier (Clic !), mais pas les sous-sols !

Voici donc des photographies exclusives que nous devons à Marc S. (PBA ne donne jamais l'identité de ses agents !)


En voyant la magnifique façade de l'hôtel de Brienne, on ne se doute pas qu'un réseau de souterrains y a été construit.



Après les couloirs où circulent des gaines de ventilation et bien d'autres systèmes, nous arrivons à une porte blindée


Un premier salon où est exposée une maquette de SNLE.


Voici l'horloge "Gerboise blanche".
Cette horloge était responsable de l'heure H du deuxième essai nucléaire français réalisé à Reggane (Sahara algérien), l'essai Gerboise blanche.
Trente minutes avant le tir, elle enclenchait les automatismes de commandes et de contrôle du tir. Son balancier égrenait les picosecondes jusqu'à l'ultime seconde de la mise à feu de l'engin nucléaire.


Une machine à écrire électrique, un téléscripteur, un président Mitterrand (et un ministre Charles Hernu), quelque-chose me dit que nous sommes dans les années quatre-vingt...


Ça, c'est une ancienne boîte à codes:


Nettement plus encombrants, ces neuf machins noirs posés sur l'étagère sont tout simplement des codes nucléaires !
On me dit dans l'oreillette qu'ils sont désactivés... Tant mieux !


Autre époque nucléaire française: ces trois horloges donnent le temps universel (GMT), le temps à Paris et le temps à Mururoa.
C'est dans cet atoll polynésien que de 1966 à 1996, eurent lieu les essais nucléaires français.


Dans ce local déjà hautement sécurisé, une autre porte blindée; que cache-t-elle ?


Les valises nucléaires qui suivent en tous lieux le président de la république et lui permettent à tout moment de déclencher le feu nucléaire !
Heu... C'est laquelle l'actuelle ?


Un grand merci à Marc S. pour ces photos !
Un grand merci à Jean-Yves Le Drian qui, en sa qualité de ministre de la défense, a souhaité que le public puisse avoir accès à ces lieux !

 14 rue Saint-Dominique, Paris VII°.

1 commentaire:

Paul Derosny a dit…

Ça serait bien si la fin du monde pouvait avoir lieu vers 18h00, comme ça on n'aurait le temps de monter des reportage pour le journal télévisé.