.

.

lundi 6 novembre 2017

Château de Champs-sur-Marne (14) - Les combles

Hors Paris

En août 2013, Paris-Bise-Art inaugurait sa série des châteaux de l'été  avec une visite en 13 chapitres du château de Champs-sur-Marne (Clic !). Celui-ci venait de réouvrir après de lourds travaux.
Si nous y revenons aujourd'hui, c'est parce qu'un nouveau circuit de visite (guidées) vient d'être mis en place; votre serviteur en a essuyé les plâtres.


Je ne saurais trop vous conseiller de revoir les jardins et les magnifiques pièces de réception (Clic !). La visite d'aujourd'hui concerne les étages supérieurs du château ainsi que les sous-sols, autant de pièces fermées aux visiteurs habituels.


Il est 10 heures, on attend l'ouverture des grilles. A l'heure pile, nous entrons. Notre petit groupe (15 personnes) est pris en charge par Françoise.
Nous sommes dans l'entrée du château d'où nous apercevons le magnifique escalier... que nous n'emprunterons pas.


C'est par cet escalier - ni d'honneur, ni de service - que nous grimpons au troisième étage.


Arrivés au sommet, nous débouchons sur une vaste pièce au centre de laquelle le plancher manque ! Nous sommes au-dessus de l'escalier d'honneur, là où quelques musiciens accueillaient les visiteurs lors des réceptions.


Vertigineux !



Notons qu'une partie de cet étage ne se visitera pas, étant habitée en permanence par un membre du personnel.
Nous traversons une galerie qui était jadis le terrain de jeu des enfants.


Nous ne sommes certes plus dans les somptueuses pièces de réception, mais nous ne sommes pas non plus dans des couloirs de service. Cet étage servait de chambres pour les invités de la famille Cahen d'Anvers, puis de chambres pour le personnel des chefs d'état en visite dans les années soixante.


Toutes les chambres ne sont pas ouvertes, mais celles qui le sont ont conservé leurs meubles d'origine, ainsi que leur décor.


Ici, comme neuve, une chambre entièrement décorée en toile de Jouy grise:


Détail amusant: comme une mise en abîme, cette toile de Jouy raconte la fabrication de la toile de Jouy.


Je trouve que les invités avaient une belle vue !


Dans cette chambre, c'est dans l'armoire que se dissimule la toile de Jouy !


Les "commodités" n'étaient pas oubliées !


C'est aussi ça un château, des corridors où l'on se perd...


La lingerie a été reconstituée; il ne manque que le bruit de la machine à coudre


Nous sommes à présent dans les chambres du personnel.


Certains papiers peints datent des années soixante, ce qui prouve que le mauvais goût n'a pas d'age !


La plus belle vue du château, la plus haute aussi, c'est dans les chambres de bonnes qu'on la trouve !


Retour dans notre galerie-plongeoir; on redescend !


à suivre...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Note : le lien avec vos anciens articles sur le sujet ne fonctionne pas…

JPD a dit…

C'est réparé !
Merci de m'avoir prévenu.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...