.

.

vendredi 18 mai 2018

Jeu de printemps - Mai 2018 (1) - La réponse.

Bravo à tous les participants et un bravo admiratif à Fulgence qui le premier a donné la solution, suivi de près par Geodaszner !
Il s'agissait de la fontaine des quatre saisons, 57-59 rue de Grenelle, dans le septième arrondissement.
Bien sûr, j'avais pris la photo de dos, plus précisément de la cour-terrasse du Musée Maillol adjacent. Je prépare un plus long article à ce sujet.

Donc, pour rappel, notre photo:


Et la façade sur l'étroite rue de Grenelle qui fit dire à Voltaire dans une lettre au comte de Caylus qu'un si gros investissement pour une si petite fontaine, ce n'était pas une bonne idée.
Il faut bien reconnaître qu'ainsi placée, elle n'offre pas le recul nécessaire pour en apprécier le décor. 


 Encore un grand bravo à nos trouveurs !
Et merci à tous de vos efforts !

mercredi 16 mai 2018

Jeu de printemps - Mai 2018 (1)

On lève la tête, le ciel est bleu, il fait beau...
Mais dites-moi, c'est curieux cette construction arrondie, non ?
Qu'est-ce que c'est ?


Bonne chance à tous !

lundi 14 mai 2018

Cité de l'ermitage


Nous pourrions être à Chabreloche ou à Cuges-les-pins, mais non, nous sommes bien à Paris, dans le vingtième arrondissement, presque au croisement de la rue des Pyrénées et de la rue de Ménilmontant.


La petite maison à l'entrée a échappé à la voracité municipalo-bétonneuse, mais pour combien de temps ?


Nous pénétrons dans le domaine de la verdure et du bruit des oiseaux...


    

Après cinquante mètres, nous arrivons sur une placette où les calèches peuvent faire demi-tour:

     


Notre petite rue continue son chemin, mais en mode voie étroite à présent:

      

Ici, les gens se saluent lorsqu'ils se croisent !


Elle va être facile à repeindre, cette grille !



Chut !



J'entends deux dames parler de leurs plantations: "Et vous, vous faites quoi contre les pucerons dans les roses ?"



 
 
Ça, c'est Paris !


Cité de l'ermitage, face au 102 rue de Ménilmontant, Paris XX°.

Willy Ronis au Pavillon Carré de Baudouin

Une "folie" était une maison de campagne édifiée en dehors de la ville par les riches aristocrates qui y menaient parfois une vie débridée. Celle dans laquelle nous nous rendons est une des rares survivantes, la "Maison de Nicolas Carré de Baudouin".
De sa grande époque, il ne subsiste que cette façade palladienne, l'intérieur ayant été totalement dénaturé par les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul qui y installèrent un orphelinat.
Depuis 2005 et son rachat par la ville de Paris, cette maison sert pour des expositions, dont la notre aujourd'hui ! 


 

Ne croyez pas le site de la mairie de Paris, il ment, comme en attestent les quelques écrits rageurs de visiteurs qui se sont cassé le nez !


Dès l'entrée, c'est Willy Ronis lui-même qui nous accueille dans une posture... éclairante !


Bien sûr, les titis parisiens trouveront leurs grands classiques parmi toutes les vues de Belleville-Ménilmontant, tels les escaliers de la rue Villin:



Petite précision d'ordre pratique: toutes les photographies étant sous verre, les reflets seront omniprésents !  


Un Willy Ronis jeune homme dans l'appartement familial en 1929. Je crois que c'est lui l'inventeur du selfie (en français autoportrait). 


Il n'y a pas que des vues de Paris...




Un escalier fort banal nous mène vers le premier étage



J'adore cette photo intitulée "Le petit parisien", prise en 1952. Mais ce titre décrit-il le petit garçon ou le pain qu'il porte ?
Ah, le machin noir en bas à gauche, ce n'est que moi !


Cette photo prise au Palais Garnier s'intitule "Les dessous de 'opéra"... Le génie des titre...


Il fut un temps où la place de la République était un lieu où il faisait bon vivre... C'était avant l'age du béton.


Savez-vous que le Café de France à l'Isle-sur-la-Sorgue existe toujours ! Il se trouve au numéro 14 place de la Liberté.


Je ne savais pas que Willy Ronis avait photographié certains membres de Paris-Bise-Art !



Cette exposition passionnera les amoureux de la photographie, du vieux Paris, mais pas que !
Le talent fou de saisir une situation, de jouer avec la lumière, et ceci avec des appareils bien moins sophistiqués que ceux que nous possédons aujourd'hui.
Allez-y !


Entrée gratuite.
Exposition ouverte jusqu'au 29 septembre 2018.

121 rue de Ménilmontant, Paris XX°.

vendredi 11 mai 2018

Une latrine quai de la Tournelle ?

C'est notre lecteur Wei W. qui nous envoie cette énigme. Comme je n'ai pas su y répondre, je fais encore une fois appel à votre sagacité !

L'immeuble jouxtant l'ancienne pharmacie centrale des hôpitaux, quai de la Tournelle, possède sur son flanc une excroissance curieuse.



Notre lecteur pense qu'il pourrait s'agir de latrines... Moi, je veux bien mais quid de la discrétion ?





Sur cette photographie d'Eugène Atget prise en 1902 (merci Gallica !), il semble qu'un tuyau de descente soit en place. 


J'attends vos réponses avec impatience ! 

45 quai de la Tournelle, Paris V°.

La rue parisienne (38)

Déjà le trente-huitième chapitre de cette saga dédiée aux services municipaux et à ceux qui les dirigent...

La décharge municipale de pied d'arbre continue son petit bonhomme de chemin, toujours aussi sale.


Coup de zoom sur cet affouillement signalé aux services municipaux voici trois ans. Dans deux mille ans, j'imagine la tête des archéologues découvrant que les sous-sols parisiens étaient constitués de bouteilles vides, de canettes de bière et de rats morts...


Le mur lui, continue à balancer entre sale, très sale et franchement dégueu...


Nouveau succès municipal: la station de vélib où, depuis le mois de février, un panneau nous annonce l'arrivée du nouveau vélib...
Au lieu de cela, les bornes vélib ont été démontées, la chaussée asphaltée, tant et si bien qu'il ne reste plus trace de l'ancienne station vélib...


Mais dans sa grande sagesse, la ville a décidé de laisser les barrières, ce qui fait la joie des rats qui y trouvent une nouvelle aire de jeux !




à suivre...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...